CC2 du cours S1 (collaboration et coopération")
Sans document ni moyen de communication. Répondre directement sous les questions.
Durée : maximum 110 minutes  (20 points  ->  environ 5 minutes par point).


  1. [3 points]  Donnez, en FL / FL-DF (la notation textuelle/graphique vue en cours) et en utilisant des relations (sous-)"partie" (et non "partie-de") une hiérarchie de 7 tâches, avec "coopération" au sommet puis 6 sous-tâches. Pour les 2 premières sous-tâches, utilisez respectivement le titre de la section 2 du cours et le titre de la section 3. Pour les noms des 4 tâches restantes, utilisez de préférence des titres de sous-sections de la section 2. Ne citez que des noms de sous-tâches (attention, tels que défini dans le cours, "collaboration" n'est pas une sous-tâche mais une spécialisation de "coopération"). Orientez correctement vos relations. Dans cet examen, inutile de préciser les cardinalités des relations "partie".

                                        coopération
                                        |         |
                                        |partie   |partie
                                        |         |
                                        v         v
                 partager_des_informations       prendre_des_décisions
                      |           |                  
                      |partie     |partie           
                      |           |                  
                      v           v                   
                     2.1   ...   2.10   //utilisation des titres des sections 2.1 à 2.10 
    
    
  2. [1 point]  Citez au moins 4 attributs/caractéristiques d'un "acteur idéal d'une collaboration"
        (section 1.3 du cours).

    rationnel, ouvert, précis, indépendant
    
    
  3. [1,5 point]  Donnez, en 2 à 4 lignes, un argument ou bien une objection "solide" pour la phrase suivante :
    "un outil directement basé sur un SGBD peut être un outil idéal pour la collaboration" (section 1.8 du cours).
    Commencez par "argument: " pour un argument,  par "objection: " sinon.

    objection: l'utilisateur d'un SGBD ne peut dynamiquement ajouter/définir de
    nouveaux types de données et ne peut définir de nouveaux types de relations
    (-> représentation, partage et recherche de connaissances ne peuvent donc 
    être précis et ne peuvent passer à l'échelle).
    
    
  4. [2 points]  Citez les deux règles à suivre pour choisir les média
    que doit exploiter un outil de communication/coopération (section 2.1 du cours).

    Les outils de communication assistée par ordinateur doivent être choisis/conçus
    pour pouvoir utiliser un  nombre maximum de média et de contraintes. 
    Les outils doivent aussi être choisis/conçus pour pouvoir exploiter les 
    caractéristiques des voies de communications disponibles.
    
    
  5. [1,5 point]  Donnez la "règle sur l'usage d'objets précis et de métadonnées" (section 2.2 du cours).

    Pour toute tâche liée à la coopération, plus un protocole/outil de coopération exploite
    - des objets d'information fins et 
    - des méta-données précises (représentations de connaissances,
      politiques de contrôle d'accès/usage, etc) sur ces objets,
    mieux c'est.
    
    
  6. [2,5 points]  Donnez l'idée principale d'un protocole d'édition d'une BC qui,
    sans restreindre les utilisateurs sur ce qu'ils peuvent ajouter,
    sans les obliger à s'accorder ou voter sur une terminologie ou certaines idées, et
    sans les obliger à avoir différentes sous-BCs ou différentes versions,
    leur permet de mettre à jour la BC sans perte d'informations et
    en lui conservant une structure minimale (section 2.6.4 du cours).

    Pour chaque ajout ou destruction d'un objet dans la BC,
    détecter les redondances et contradictions partielles que cette modification entrainerait
       dans la BC, et
    demander à l'utilisateur d'expliciter la raison de cette modification via
       une relation sémantique, au moins une relation de spécialisation
       (e.g., pm#corrective_specialization). 
    Ceci implique que tout objet (terme ou phrase) de la BC à une place unique dans la 
       hiérarchie de spécialisation de la BC.
    
    
  7. [3,5 points]  Décrivez les trois grands types de problèmes associés aux outils actuels d'évaluation collaborative d'informations.
    Une telle description se trouve dans le cours, à la section 2.6.5 du cours.
    Cette description du cours fait une vingtaine de lignes.
    Rapprochez vous de son organisation, i.e., utilisez une description similaire ou un résumé de cette description.

    Ces outils permettent de voter sur les annotations et/ou les ressources. 
    Via des statistiques sur les annotations et les votes, ces outils génèrent des
    "recommandations" et permettent ainsi de la recherche/synthèse collaborative
    d'informations (également appelée "recherche sociale/concurrente").
    Cependant, la sémantique et l'utilité d'une approche aussi grossière
    est limitée et limitante. Voici quelques raisons:
    * Lorsque des annotations/votes sont utilisés sur des ressources entières, 
      il n'y a aucun moyen de savoir quelles phrases/caractéristiques sont évaluées
      et aucun moyen de connaîre/organiser les justifications de ces annotations/votes.
    * Il y a un grand nombre de méthodes pour faire des statistiques sur des objets/critères
      différents. De plus, elles donnent des résultats différents et sont difficiles à
      interpréter par l'utilisateur même lorsqu'il sait quelle méthode a été utilisée. Or,
      l'utilisateur ne sait généralement même pas quelles méthodes sont utilisées
      pour arriver à un résultat final; c'est en particulier le cas lorsque les objets sont
      eux-même des évaluations multi-critères sur une ressource contenant de nombreux 
      sous-objets (e.g., quand chaque objet est un vote sur un document).
    * Il n'y a aucun moyen pour un utilisateur de personnaliser ces méthodes ni la façon 
      dont leurs résultats sont présentés. 
    
    
  8. [5 points]  Représentez en FL une structure d'argumentation "solide" pour la phrase
    "toute personne coopérative qui détecte un problème le signale à ceux qui peuvent le corriger"
    avec les contraintes suivantes : au moins une référence à la tâche la plus pertinente (pour cette phrase) parmi les 4 grands types de tâches que doit effectuer un acteur idéal d'une collaboration" (selon le cours),
    syntaxe+indentation+orthographe correcte, profondeur/développement/structure, précision, pas de redondance/contradiction/hors-sujet, entre 10 et 15 relations avec au moins 10 relations de types parmi les suivants :
    "opposition" (alias, "not"), "corrective_generalization" (alias, "corr=>"), "corrective_specialization" (alias, "corr<="), "=>" (et/ou "<="), "=> not" (et/ou "<= not). Seules les relations correctes de ces types seront comptées (et seulement 10 seront comptées).

    //Exemple: 
    "toute personne coopérative qui détecte un problème
     le signale à ceux qui peuvent le corriger"
        <= - "toute personne coopérative effectue des actions coopératives",  //peut être implicite
           - (' "signaler un problème à quelqu'un qui peut le corriger"  type: "action coopérative" '
                <= "toute correction d'un problème permet d'éviter des problèmes à d'autres personnes
                    et d'offrir plus de possibilités à d'autres personnes"
             ),
        <= ("toute personne (vraiment) coopérative agit de manière à offrir à d'autres personnes
             le maximum de possibilités leur permettant d'être coopératifs"
               <= "si une personne a plus de possibilités d'être coopérative,
                   elle a plus de chance être coopérative et aura moins d'efforts à faire pour l'être"
           )__[<= "toute correction d'un problème permet d'éviter des problèmes à d'autres personnes
                   et d'offrir plus de possibilités à d'autres personnes"   //phrase réutilisée
              ],
        <= ("toute personne (vraiment) coopérative qui détecte un problème
             le signale correctement et au plus vite à ceux qui peuvent le corriger"
               <= ("toute personne (vraiment) coopérative fournit à d'autres personnes
                    des informations pertinentes, exactes et sans attendre"
                      <= "si une personne a des informations erronées ou incomplètes,
                          elle peut prendre de mauvaises décisions"
                  )
           ),
        => "tout étudiant qui détecte mais ne remonte pas un problème d'emploi du temps
            fait preuve d'anti-coopérativité";
    
    //note: ici, les relations "<=" sont aussi des relations "généralisation:"
    //      (entre autres à cause de "toute", quantificateur universel, pas existentiel)